Sébastien

Je monte dans un TGV, direction Lyon. Dommage, je ne verrai rien de la ville, c’est pour le boulot, juste un aller-retour. Je pourrai écrire, mais non. Pas l’endroit, pas le moment, va savoir, pas le jour. Je pourrai être professionnelle et peaufiner mon intervention, mais non. Flemme. Je pourrai lire, mais non. Fatigue. Je suis seule dans un coin pour quatre… Je décide de fermer les yeux pour écouter mon cœur battre.

Une demi heure après le départ, une femme vient s’asseoir en face de moi. Elle s’installe et dépose sur la table une trousse de toilette. Elle l’ouvre… Bon… Elle va se pomponner. Quelque chose se raidit en moi. Alerte ! Bonne manières ! J’avoue, parfois je suis coincée. Je m’énerve.

Je sais que je ne ferai jamais un truc pareil. Me maquiller en public. Mais pourquoi ne pas s’amuser à regarder ? Celle femme a peut-être un rendez-vous, quelqu’un qui l’attend quelque part… Alors elle veut être belle, terrible, mortelle, sexuelle, et rien ne compte, les bonnes manières, ce que peuvent bien penser ses voisins. Ou alors, elle prend le train tout les matins et le maquillage est devenu un rituel ?

Elle a la trentaine. Un peu dodue, blonde, bouclée, elle porte beaucoup de bagues, plusieurs chainettes autour du cou, et, au poignet gauche, une gourmette épaisse avec un prénom, que je finis par déchiffrer, Sébastien. Sébastien, un fils, un mari, un amant ? C’est curieux les prénoms quand ils ne nous disent rien…

– Bonsoir, Sébastien, tu vas bien ?

Ma voisine s’active, fond de teint, rouge à lèvres, Rimmel. Puis, elle se recoiffe et se met à farfouiller dans sa trousse, sort des petites pochettes, roses, brillantes, dont elle explore le contenu, il y a des pinces, des barrettes, un bracelet en perle, des flacons, des tubes, encore des barrettes, un chouchou, une broche, des trésors… Elle fouille partout, mais qu’est-ce qu’elle cherche ?

Ah ! Les voilà, deux petits flacons de vernis à ongles. Alors, rose, rouge ? Le rouge est éliminé. Ce sera le vernis rose nacré. Moi non plus, je n’aime pas le rouge sur les ongles, surtout pas sur les ongles de pieds.

– Tu n’aimerais pas mes pieds de clown, hein, Sébastien ?

L’opération vernis n’est pas aisée avec le roulis du train. La coquette doit un peu se raidir, tenter de se caler un coude, s’immobiliser. Elle n’est pas très habile et tire un peu la langue en appliquant le petit pinceau. J’ai envie de rire, mais je m’en empêche.

– Je ne suis pas contorsionniste, Sébastien.

J’aime bien regarder les femmes, mêmes celles qui ne me plaisent pas. Que fait-elle dans la vie ?

Elle me surprend à l’observer et me fixe d’abord durement. Mais je lui fais un sourire alors son visage s’adoucit et elle me sourit à son tour. Finalement, j’aime assez cette transformation de la voiture en salon de beauté.

– On fait bien ce qu’on veut, Sébastien.

Poursuivons. Le petit pinceau luisant, le geste, la nacre des coquillages, la femme marine officie en soufflant sur ses doigts. Elle regarde le résultat, fignole, souffle encore… Que manque-t-il ? Rien. Elle se redresse, agite les mains… puis se cale dans son fauteuil, les doigts bien ouverts sur les accoudoirs. Peu à peu, elle se détend, laisse partir sa tête en arrière. La séance de beauté est terminée, place à l’abandon.

– Sébastien…

Bon, si c’est comme ça, je peaufine mon intervention pour le boulot.

Quelques minutes avant l’arrivée à la Part Dieu, ma voisine sort un petit flacon de parfum et s’asperge, pshit, dans le cou à gauche, pshit, dans le cou à droite, et pshit, dans le décolleté.

– Un peu de Channel, ça passe partout, Sébastien.

Drapée dans son parfum, elle plisse les yeux. Je me l’imagine 100% hétéro, cette coquette. Oh que oui. Elle n’a sans doute aucune idée de ce qui me passer par la tête quand je vois des traces de bronzage sur les fesses de ma femme. Pour prendre un exemple.

La coquette prend ses affaires, me sourit et me souhaite une bonne journée. Je la perds de vue à la descente du train.

– Et bonjour à Sébastien !

——–

Sinon, vous pouvez lire mon livre, beaucoup plus érotique 😋 : Monstre Intergalactique 

 

Publicités
Sébastien

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s