Monstre Intergalactique (extrait)

img_0909-3Chapitre 1 : T-shirt blanc.

Quelques tables, des bouteilles partout sur le bar, des grappes d’amis, des allées et venues, des attroupements devant certaines toiles : c’est un vernissage, un petit bar, un samedi soir à Paris, dans le XIe arrondissement. La salle est comble. Les gens parlent, rient et boivent beaucoup.

Je me présente, Sidonie, dite Sido, 36 ans, 1m69, yeux verts, mince, brune, un enfant, fonctionnaire, dans la communication interne. J’ai choisi la sécurité de l’emploi, les horaires fixes, pour organiser ma vie et élever ma fille. J’ai pu acheter un appartement confortable près de la place Gambetta. Nous sommes à l’abri du besoin. La vie est douce, joyeuse, organisée, tranquille. J’ai le sentiment d’assurer, comme on dit. Je me sens solide, droite dans mes bottes. Ce soir, ma grande fille de dix ans est chez ses cousines pour une soirée pyjama. Elles vont se gaver de crêpes et de dessins animés. Tout va bien. Je suis seule dans ce bar, j’ai la nuit devant moi.

Qui je veux ? Blondeur, rondeurs, allure sportive, Orient ? Qui je veux ? Homme ? Femme ? Vêtements, allure, bijoux, ongles… J’ai un œil sur tout.

J’ai un monstre en moi. Il part soudain en chasse. Il cherche un autre monstre.

Et voilà un pull bleu qui passe, intéressant, mais accompagné. Et voilà une chemise en soie magnifique, mais trop jeune. Et voilà un t-shirt blanc, Dieu du ciel… Une femme blonde dans un t-shirt blanc près du corps. Elle est grande. Elle est belle… Elle passe, me regarde… Hou…

Femme, femme, femme donc ce soir, femme, je veux, oui. Elle s’éloigne, hanches fines, talons, belles fesses. Elle va au comptoir et fait la bise à la barmaid. Elles parlent, elles rient. T-shirt Blanc se retourne.

Regarde-moi, regarde-moi, regarde-moi.

Voilà ! En une fraction de seconde, j’envoie des paillettes avec les yeux, des signaux, des promesses. Je ferai, je saurai, je serai, tu vas voir, tu vas voir ce que tu vas voir, T-shirt Blanc, viens par ici. Je le veux.

T-shirt Blanc obéit. T-shirt Blanc à l’approche. T-shirt Blanc happé. Proportions, silhouette, démarche, quelque chose me plaît.

– Bonsoir, je vais prendre une verre, je t’en offre une ?

Jolie voix, accent étranger, visage ouvert, yeux bleus, peau fine, cils blonds, et une petite veine sur le front, en forme de V.

– Oui, avec plaisir.

– Tu veux une verre de quoi ?

– Comme toi.

– All right.

Elle retourne au comptoir. Mon cœur bat fort. Hanches, talons, fesses. Elle parle de nouveau avec la barmaid qui lui sert deux ballons de vin blanc. Et T-shirt Blanc revient par ici. Elle me regarde. Mon dieu. Elle est belle, mais belle… Respire, respire. Elle me tend un verre, nous trinquons.

– Cathleen, enchantée.

– Sido, enchantée.

Cathleen est irlandaise et vit depuis quelques mois à Paris, à deux pas d’ici. Elle fait des fautes de français qui parfois m’embrouillent un peu.

– Mon colocataire, c’est une amie qui travaille aussi dans le télé.

Homme, femme ? Le ou la colocataire ? Au fil de la conversation, je comprends que c’est une colocataire, qui est absente en ce moment.

– She’s dans son famille à London alors j’ai l’appartement libre, ici…

Cathleen, belle Cathleen, aurais-tu la nuit devant toi ?

(…)

Pour lire les chapitres suivants sur votre tablette, il faudra débourser 1,79 chez Amazon, c’est-à-dire même pas le prix d’un café en terrasse à Paris. Pour dire à quel point le travail littéraire est rémunérateur…

Bonne lecture 😉

Monstre Intergalactique

Publicités
Monstre Intergalactique (extrait)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s